Habib Felfou une vie riche et diversifier 

157

 Habib Felfou une vie riche et diversifier 

 Habib Felfoul auteur latiniste de formation ; secrétaire général adjoint de l’Union tunisienne des Écrivains tunisiens ; Des études primaires à Kairouan (capitale des Aghlabites), des études secondaires à Sousse après quoi il a quitté le bercail pour débarquer à Paris pour des études à la Sorbonne section histoire

De nouveau il regagné la Tunisie pour s’inscrire à la faculté des Lettres et sciences humaines de Tunis

Autour de ces déambulations, il nous a livré des propos intéressants sur son écriture, ses intérêts intellectuels assez diversifiés

Thakafatouna. -Bienvenues sur nos colonnes…Voulez-vous nous

?faire part de votre arrivée à l’écriture

Habib Falfoul. Volontiers …J’ai essayé différents genres de production telle la nouvelle, le roman historique et biographique

Au fait, j’ai commencé à écrire à partir de Mars 2011 après la révolution du 14 Janvier dans mon pays…Je cite le livre

« La civilisation occidentale : mythe et limite »

En 2012, j’ai publié un essai en langue arabe »Impressions en réminiscence »

Le thème majeur en était le patrimoine de Kairouan( La Médina, Bassin des Aghlabites, Barrouta etc.) dont les monument sont menacées-si ce n’est déjà par la disparition car jetés à l’oubliette

Ces icônes témoignent d’une époque historique illustre qui a laissé  son sceau dans la mémoire locale et humaine

Notre héritage culturel souffre de cette insouciance qui va croissant. Dans ce bouquin j’ai fait la peinture de la société kairouanaise fin des années quarante

  En 2013, C’était la parution d’un roman historique »l’Eternel retour à la terre ».Je suis parti d’une zone agricole »Sidi Ali Ben Salem » à 35 km de Sousse

C’est un compagnon du prophète venu avec Okba Ibn nefaa 

 fondateur vers 685 à l’ère chrétienne

Ladite cité était rayonnante en Afrique du Nord et au bassin méditerranéen (rive sud de l’Europe) 

Mon livre fut édité chez « Arabesque ». La dernière partie traitant de la situation économique de la Tunisie par ricochet politique de 196261969 : implantation du système coopératif dans le pays. J’y ai mis aussi une couleur autobiographique aussi bien en France qu’en Tunisie

 Dernier ouvrage en date « Solution d’attente inavouée ». J’ai peint la mentalité, la pensée de la population algérienne de 1989-2000. A l’époque’ j’ai été désigné attaché social au consulat de Tunisie à Annaba

C’était les années noires en Algérie …J’ai peint les atrocités de la guerre civile, la mort qui rodait partout avec ses séquelles de souffrances et traumatisme

J’étais témoin oculaire choqué par les scènes de morts et violences sans merci. Véritable barbarie injustifiée sur plus d’un titre

?Qui tue qui 

Thakafatouna. Un petit saut dans l’expérience parisienne 1965-1970  vous va-t-il changé en profondeur. S’il en ainsi, sur quels points 

Habib Falfoul : Oui de grands changements de but en blanc. J’ai eu des échanges avec les grands courants qui ont façonné pour une grande part la vie des gens, les mœurs et le système scolaire en particulier…La révolution estudiantine de 1968 liguée avec les travailleurs

Des remous partout sentis sur le plan européen et mondial…repenser autrement l’éducation…J’ai contacté des cercles d’élites, penseurs, artistes…J’ai vu de près des visages influents comme Sartre…

La révolution des barricades celle de la crise identitaire et désillusion de jeunes

Thakafatouna: avez-vous des messages  à dire aux jeunes écrivains

?ou autres concernant l’éducation et la Culture 

 –Habib Falfoul : Tout à fait. A mon avis, la culture pour qu’elle s’épanouisse elle a besoin de trois leviers fondamentaux

D’abord le levier berbère »amazigh » qui incarne a des racines vivaces dans notre civilisation

Ce dernier a su avoir une osmose avec les  autres cultures déferlant dans le pays. – Ensuite il y a la culture phénicienne qui fut facilement assimilée-sans se perdre- aux mœurs et valeurs, mode de vie et de pensée des autochtones

Il en résulte un croisement fructueux et fécond entre Phéniciens et Berbères du fait des similitudes entre les deux sources de civilisations

L’influence carthaginoise s’est manifestée dans les mœurs, les rites festifs, les croyances populaires et certains jeux folkloriques. Je cite le maquillage de la mariée, le costume nuptial. Les Carthaginois, un peuple marchand par conséquent une élite bien cultivée qui a sillonné la Méditerranée, a fondé des comptoirs à travers des contrées lointaines. Une culture qui a fait son éclosion dans les régions côtières du pays. Agriculture a fait florès

Magon a écrit le premier livre phare sur l’extraction des vignes

 –  Le troisième levier arabo-musulman. Les trois religions monothéistes se sont répandues en Europe depuis la Tunisie à partir du 7ème siècle de notre ère. J’allais dire le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam: trois communautés qui vivaient ensemble dans la sérénité totale

L’influence de l’Ifriqia a fait florès vers le 15ème siècle suite au contact avec l’Andalousie

Des foyers culturels ont éclot sans que l’identité soit altérée avec le dialogue scellé en présence. Des cités sont formées telles Testour…Zaghouan, Grombalia etc ; Les Mauresques ont ajouté leur pierre à l’édifice de la civilisation coté agriculture et artisanat

Une civilisation qui grandit avec la culture puise dans les valeurs humaines les plus nobles et n’est pas sujette à la disparition

التعليقات مغلقة.

lectus commodo risus at leo Donec